Vous habitez dans une copropriété

Obtenez des aides de l’Etat pour mieux isoler votre copropriété

Avec ces aides, vous payerez moins de charges de copropriété

Ces charges de copropriété vont baisser

Car vous aurez moins besoin de payer des frais pour chauffer l’immeuble

Car cette immeuble sera mieux isoler

Cette isolation est aussi en réduisant les dépenses énergétiques des chauffages collectifs de l’immeuble

Les bénéfices de la rénovation  énergétique

Une rénovation énergétique a toujours un impact positif sur une copropriété : un meilleur confort thermique des logements, une baisse de charges, la valorisation du patrimoine. Il est par ailleurs moins coûteux et plus efficace de rénover une copropriété que de rénover chaque logement individuellement.

Qu’il s’agisse de confort thermique ou acoustique, rénover sa copropriété permet aux occupants de l’immeuble de bénéficier d’un logement mieux isolé face aux variations de température (chaud ou froid) et aux nuisances sonores venues de l’extérieur.

L’énergie (chauffage et eau chaude sanitaire) représente une part croissante des charges de copropriété. Un immeuble rénové et isolé permet une meilleure maitrise de l’énergie et donc des charges annuelles bien moins élevées.

En réduisant la consommation d’énergie de votre copropriété vous contribuez à la diminution des émissions de gaz à effet de serre. Une rénovation énergétique c’est aussi un geste pour la planète ! 

Le fonctionnement de la copropriété

Dans une copropriété, les travaux de rénovation énergétique sont soumis à l’approbation des copropriétaires et votés lors des Assemblées Générales. Il est donc nécessaire de bien comprendre le rôle des acteurs intervenant dans une copropriété :

– le syndicat des copropriétaires : l’ensemble des copropriétaires

– le conseil syndical : un groupe restreint de copropriétaires impliqué dans le suivi régulier de la copropriété

– le syndic : professionnel ou bénévole pour la gestion globale de la copropriété.

Depuis 2014, la loi Alur a facilité les règles de majorités pour le vote de résolution lors des Assemblées Générales. L’unanimité n’est plus systématiquement requise. En fonction des actions prévues, la majorité simple (majorité des présents ou représentés) ou absolue (majorité des copropriétaires)  sont nécessaires.

Il est désormais obligatoire pour toute copropriété de s’immatriculer au registre national d’immatriculation des copropriétés. Ce registre permet d’accéder à des informations telles que le nombre de lots, la date de construction, la classe énergétique, le type de chauffage ou encore le montant du budget prévisionnel.

Le saviez-vous ?

En tant que copropriétaire, vous pouvez vous investir dans la rénovation énergétique de votre copropriété en mettant en place un groupe de copropriétaires, une sorte de « commission énergie » qui porte le projet, et explique à l’ensemble de la copropriété l’intérêt de rénover. En effet, pour mener à bien une rénovation énergétique en copropriété, il est impératif qu’un ou plusieurs copropriétaires soient à l’initiative du projet.

Le plan de financement

Une fois qu’un scénario ou deux scénarios de travaux sont définis, le moment est venu de préparer le plan de financement. Cela permet à la copropriété de prioriser les travaux en tenant compte de ses capacités de financement et des dispositifs d’aides qui peuvent être mobilisés.

En plus des fonds propres de la copropriété et des appels de fonds auprès des copropriétaires, il existe plusieurs solutions de financement :

  • Le crédit d’impôt pour la rénovation énergétique
  • L’éco-Prêt à Taux Zéro
  • La TVA réduite au taux de 5,5%
  • Les aides de l’ANAH
  • Les coordonnées d’un prestataire qui est reconnu garant de l’Environnement

Voici les principaux travaux qui permettent d’obtenir Ma Prime Rénov Copropriété : 

  • Isolation des parois opaques (murs, toits, toitures terrasse)
  • Installation d’équipements de production d’eau chaude sanitaire et de chauffage via une énergie renouvelable (Chauffe-eau thermodynamique et chauffe-eau solaire collectif, pompe à chaleur autre que air-air, chaudière à bois) ou l’installation d’une chaudière gaz collective à très haute performance énergétique
  • Mise en place d’une ventilation double fux
  • Raccordement à un réseau de chaleur
  • Réalisation d’un Audit énergétique si celui n’est pas effectué dans le cadre d’une obligation légale
  • Dépose de cuve à fioul


Le début des travaux se décidera conjointement entre les entreprises, le maitre d’œuvre et le syndicat des copropriétaires. Plusieurs facteurs peuvent influencer votre chantier :

– si des autorisations ou des aides ont été demandées, mieux vaut prévoir une date de début de travaux en fonction du délai de réponse en prenant une marge de sécurité,

– la nature des travaux : si les travaux concernent le système de chauffage, il est préférable de les réaliser quand la météo est plus favorable.

Comment planifier ses travaux ?

  • Le maitre d’ouvrage, le syndic et les copropriétaires qui le souhaitent conviennent de points d’avancement réguliers tout au long du chantier en listant les points du chantier livrés à chaque date.
  • Si des interventions sont prévues après les travaux, prévoyez une marge de sécurité après la date de fin de chantier pour parer à toute éventualité.
  • Les travaux peuvent occasionner quelques nuisances, il est important de sensibiliser les occupants en amont. Par exemple, si un échafaudage est mis en place, il est courant de devoir vider / protéger son balcon et fermer ses fenêtres.

Le saviez-vous ?  

Il est utile de prendre des photos des parties communes et des zones concernées par les travaux avant le début du chantier pour l’historique de la copropriété et pour pouvoir attester de l’état des lieux en cas de conflit.

Remplissez ce formulaire pour obtenir notre guide pratique des aides pour votre copropriété.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est RenovationFrance-Guide-daide-de-copropriete.png.